Chirurgie mammaire

Une poitrine considérée comme trop petite, un amaigrissement important ou encore la maternité peuvent vous conduire à désirer bénéficier d’une augmentation mammaire. La pose de prothèses mammaires, rondes ou anatomiques, doit être une décision prise en collaboration avec votre chirurgien, après avoir reçu toutes les informations nécessaires et après une période de réflexion obligatoire.

Augmentation mammaire par prothèse

Une augmentation mammaire ne peut s’envisager qu’après au moins deux consultations avec votre chirurgien. C’est au cours de ces consultations que nous vérifions ensemble que cette intervention correspond à vos attentes et je peux ainsi répondre à toutes vos questions.

L’augmentation mammaire consiste à placer des prothèses en avant de votre thorax, de façon à augmenter de manière harmonieuse votre poitrine.

Les prothèses sont soit remplies de gel de silicone médical (donnnat le meilleur résultat esthétique, visuel ou au toucher), soit de serum physiologique. Leur enveloppe est constituée d'un élastomère de silicone.

Afin d’obtenir un résultat optimal, de nombreux critères sont à prendre en compte durant les consultations, dictés en fonction de votre morphologie, de vos désirs, et bien entendu orientés par l’œil expert du chirurgien et son expérience :

  • Le volume (différentes projections fonction de l'effet désiré)
  • La forme (anatomique ou ronde)
  • La position de la prothèses (en avant ou en arrière du muscle)
  • La voie d’abord (aréolaire ou sous mammaire) ...

Le Dr Baptista également l’absence d’éléments contrindiquant la possibilité de réaliser cette chirurgie mammaire.

Une échographie et/ou mammographie doit être réalisée de manière systématique avant l'intervention

L'intervention chirurgicale d'une augmentation mammaire

L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure environ 1 heure. Vous pouvez sortir le jour-même de votre intervention (chirurgie ambulatoire ), avec de petits pansements et le soutien-gorge de contention mis immédiatement en post-opératoire.

Le docteur Baptista n'utilise habituellement pas de drain, sauf cas particulier.

Les suites opératoires

Un œdème post-opératoire apparait immédiatement après l’intervention, persiste environ 3 semaines, puis s’estompe progressivement.

Cette intervention peut être douloureuse lorsque l’on décide de placer la prothèse sous le muscle, c’est pour cela que vous avez une prescription d’anti-douleurs adaptée.

Le Dr Baptista vous conseillera de vous reposer une semaine après l'intervention.

Des pansements simples sont à réaliser tous les deux jours. Le soutien-gorge de contention est indispensable à la pérennité du résultat immédiat post-opératoire, il faut que vous le portiez de manière continue au minimum 1 mois ½.

Le Dr Baptista vous revoie à 15 jours post opératoires afin de suivre l’évolution de la cicatrisation. Les fils sont résorbables et ne nécessitent pas d'être retirés.

Quelles peuvent être les complications ?

L'hématome : un saignement peut survenir dans les heures suivant l'intervention et nécessiter une reprise chirurgicale.

L'infection : complication nécessitant l'ablation des deux prothèses et la mise en place d'une antibiothérapie. De nouvelles prothèses ne peuvent alors être à nouveau posées qu'après un délai de 6 mois.

Les troubles de la cicatrisation : les cicatrices sont en général très discrètes, voire quasiment invisibles. Parfois certaines peau peuvent cicatriser de manière hypertrophique.

Les troubles de la sensibilité : en général transitoires.

La rotation de la prothèse : ne concerne uniquement les prothèses anatomiques et nécessite une ré-intervention afin de replacer la prothèse.

La coque : la réaction physiologique de l'organisme à la pose d'un corps étranger est la formation d'une membrane hermétique, la capsule péri-prothétique. Dans 1 à 5% des cas, cette capsule peut s'éapissir, se rigidifier et se calcifier, pouvant au maximum déformer la prothèse. Un ré-intervention peut alors être nécessaire afin d'éliminer cette "coque".

La formation de "plis" ou "vagues" : peut se voir chez les patientes très minces.

Le risque de LAGC (lymphome anaplasique à grandes cellules)

Peut-on l’associer à d’autres chirurgies ?

Cette intervention peut être associée parfois à un lipofilling de la région thoracique, au niveau du sternum (pour corriger un creux ou une malformation apparente) ou au niveau des seins eux-mêmes (par exemple pour camoufler les bords apparents des prothèses chez une patiente très mince): c’est alors une augmentation mammaire composite.

Télécharger le formulaire Sofcpre

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales